Autobiographies de quelqu’un d’autre

Roman de Geneviève Roubaud : Autobiographies de quelqu’un d’autre

« Je suis une très vieille âme, je sais beaucoup de vous. Quand vous me parlez, que vous vous taisez, il m'arrive bien souvent de capter vos lignes d'énergie et de lire ce qu'elles emportent de charges, inutiles si souvent. Plus que la mémoire, mais modelés de cela, plus que les seules cicatrices de parcours, mais griffés de cela, je lis ces textes en vous : ils sont vos marques, votre livre de vie. Ils vous encombrent d'être raturés, et embrouillés par les générations. Ils vous confondent parce que vous ne vous en instruisez pas, ni ne les chantez comme de vieux psaumes. Ils vous donnent un spleen, qui semble premier, fondamental, alors qu'il n'est que poussière au vent, si vous saviez lire, vous, et laisser se défaire ces ordonnancements. Vous iriez libres, assurément. Et la vie n'en serait plus le garant. Elle irait libre, elle aussi, allant plus vite et mieux aux formes qu'elle sait qu'il est bon d'éveiller pour faire le tout avancer.

Précédent
suivant
Extrait
Commander